Intéressant

Tout sur les Grands Lacs d'Amérique du Nord

Tout sur les Grands Lacs d'Amérique du Nord

Le lac Supérieur, le lac Michigan, le lac Huron, le lac Érié et le lac Ontario forment les Grands Lacs, chevauchant les États-Unis et le Canada pour former le plus grand groupe de lacs d'eau douce au monde. Ensemble, ils contiennent 5 439 milles cubes d'eau (22 670 kilomètres cubes), soit environ 20% de la totalité de l'eau douce de la planète, et couvrent une superficie de 94 250 kilomètres carrés (244 106 kilomètres carrés).

Plusieurs autres lacs et rivières mineurs font également partie de la région des Grands Lacs, notamment la rivière Niagra, la rivière Détroit, le fleuve Saint-Laurent, la rivière St. Marys et la baie Georgienne. On estime à 35 000 le nombre d'îles situées sur les Grands Lacs, créées par des millénaires d'activité glaciaire.

Fait intéressant, le lac Michigan et le lac Huron sont reliés par le détroit de Mackinac et peuvent être techniquement considérés comme un seul lac.

La formation des grands lacs

Le bassin des Grands Lacs (les Grands Lacs et la région environnante) a commencé à se former il y a environ deux milliards d'années, soit presque les deux tiers de l'âge de la Terre. Au cours de cette période, les montagnes de l’Amérique du Nord ont connu une activité volcanique et des contraintes géologiques importantes et, après une érosion importante, plusieurs dépressions dans le sol ont été creusées. Quelque deux milliards d'années plus tard, les mers environnantes inondèrent continuellement la région, érodant davantage le paysage et laissant beaucoup d'eau derrière eux alors qu'ils s'en allaient.

Plus récemment, il y a environ deux millions d'années, ce sont des glaciers qui se sont déplacés à travers le pays. Les glaciers avaient une épaisseur de plus de 6 500 pieds et déprimaient davantage le bassin des Grands Lacs. Lorsque les glaciers se sont finalement retirés et ont fondu il y a environ 15 000 ans, des quantités massives d'eau ont été laissées. Ce sont ces eaux de glacier qui forment les Grands Lacs aujourd'hui.

De nombreuses caractéristiques glaciaires sont encore visibles sur le bassin des Grands Lacs aujourd'hui sous la forme de "dérive glaciaire", des groupes de sable, de limon, d'argile et d'autres débris non organisés déposés par un glacier. Les moraines, les plaines de till, les drumlins et les eskers font partie des caractéristiques les plus communes.

Les grands lacs industriels

Les rives des Grands Lacs s'étendent sur un peu plus de 16 000 km et touchent huit États des États-Unis et de l'Ontario au Canada et constituent un excellent site pour le transport de marchandises. C’était la principale voie empruntée par les premiers explorateurs de l’Amérique du Nord et l’une des principales raisons de la forte croissance industrielle du Midwest tout au long des 19e et 20e siècles.

Aujourd'hui, 200 millions de tonnes par an sont transportées par cette voie navigable. Les principales cargaisons comprennent le minerai de fer (et d'autres produits miniers), le fer et l'acier, l'agriculture et les produits manufacturés. Le bassin des Grands Lacs abrite également 25% et 7% de la production agricole canadienne et américaine, respectivement.

Les cargos sont aidés par le système de canaux et d'écluses construits sur et entre les lacs et les rivières du bassin des Grands Lacs. Les deux principaux ensembles d'écluses et de canaux sont les suivants:

1) La voie maritime des Grands Lacs, qui comprend le canal Welland et les écluses de Soo, permet aux navires de traverser les chutes de la Niagra et les rapides de la rivière St. Marys.

2) La voie maritime du Saint-Laurent, qui s'étend de Montréal au lac Érié, relie les Grands Lacs à l’océan Atlantique.

Globalement, ce réseau de transport permet aux navires de parcourir une distance totale de 2765 km (3 340 miles), de Duluth, au Minnesota, jusqu'au golfe du Saint-Laurent.

Afin d'éviter les collisions lors de leurs déplacements sur les rivières reliant les Grands Lacs, les navires se déplacent "en amont" (ouest) et "en aval" (est) dans les couloirs de navigation. Il y a environ 65 ports situés sur le bassin Grands Lacs-St. Lawrence Seaway System. Quinze sont internationales et comprennent: Burns Harbour à Portage, Detroit, Duluth-Supérieur, Hamilton, Lorain, Milwaukee, Montréal, Ogdensburg, Oswego, Québec, Sept-Îles, Thunder Bay, Toledo, Toronto, Valleyfield et Port Windsor.

Loisirs des Grands Lacs

Environ 70 millions de personnes visitent ces Grands Lacs chaque année pour profiter de leur eau et de leurs plages. Les falaises de grès, les hautes dunes, les vastes sentiers, les terrains de camping et la faune diversifiée ne sont que quelques-unes des nombreuses attractions des Grands Lacs. On estime que chaque année, 15 milliards de dollars sont consacrés à des activités de loisirs.

La pêche sportive est une activité très courante, en partie à cause de la taille des Grands Lacs et aussi parce que les lacs sont ensemencés année après année. Parmi les poissons, on trouve l'achigan, le bluegill, le crappie, la perche, le brochet, la truite et le doré. Certaines espèces non indigènes telles que le saumon et les races hybrides ont été introduites mais n'ont généralement pas réussi. Les circuits de pêche à forfait constituent une partie importante de l’industrie touristique des Grands Lacs.

Les spas et les cliniques sont également des attractions touristiques populaires et se marient bien avec les eaux sereines des Grands Lacs. La navigation de plaisance est une autre activité courante et connaît plus de succès que jamais car de plus en plus de canaux sont construits pour relier les lacs et les rivières environnantes.

Pollution des Grands Lacs et espèces envahissantes

Malheureusement, la qualité de l’eau des Grands Lacs suscite des inquiétudes. Les déchets industriels et les eaux usées étaient les principaux responsables, en particulier le phosphore, les engrais et les produits chimiques toxiques. Afin de contrôler cette question, les gouvernements du Canada et des États-Unis se sont associés pour signer l'Accord relatif à la qualité de l'eau dans les Grands Lacs en 1972. Ces mesures ont considérablement amélioré la qualité de l'eau. ruissellement.

Une autre préoccupation majeure dans les Grands Lacs concerne les espèces envahissantes non indigènes. Une introduction imprévue de telles espèces peut modifier radicalement les chaînes alimentaires évoluées et détruire les écosystèmes locaux. Le résultat final est une perte de biodiversité. Les espèces envahissantes bien connues sont la moule zébrée, le saumon du Pacifique, la carpe, la lamproie et le gaspareau.