Nouveau

Les ports méditerranéens chrétiens étaient-ils ouverts aux commerçants musulmans au moyen-âge ?

Les ports méditerranéens chrétiens étaient-ils ouverts aux commerçants musulmans au moyen-âge ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Cet article parle du commerce musulman-chrétien au moyen-âge du XIe au XIVe siècle, également référencé dans cette réponse.

En bref : Le commerce s'est considérablement intensifié après la croisade et a d'abord été mené par des commerçants juifs, puis des commerçants chrétiens, principalement des cités-États italiennes, ont dominé la scène. En même temps, il y avait du commerce à travers la Méditerranée et le long de son sud par des commerçants musulmans.

Maintenant ma question : les commerçants musulmans pouvaient-ils naviguer vers un port chrétien à cette époque ? N'importe quel port, tout le temps ou certains ports une partie du temps ?

Je sais qu'il y avait un commerce important dans la région du bas Dniepr plus tôt, donc les marins musulmans se présentant dans un port chrétien avaient un précédent. En revanche, on pouvait s'attendre à un climat plus hostile envers les musulmans au temps des croisades et plus tard. Mais ce ne sont que des conjectures, j'apprécierais les faits.


En général, Les ports chrétiens étaient pas fermé aux commerçants musulmans en soi. Alors que les commerçants musulmans étaient relativement rares en dehors de la péninsule ibérique au Moyen Âge, ils n'étaient pas inconnus non plus. Par exemple, les registres des taxes sur les transports maritimes étrangers suggèrent l'existence de commerçants islamiques du Levant, d'Afrique du Nord et d'Espagne musulmane. dans les ports chrétiens du sud de la France et de l'Italie.

[Un registre 1143] de Gênes a enregistré une accusation de 22,5 solides sur des bateaux en provenance du Levant, d'Alexandrie, de divers ports d'Afrique du Nord… [Dans c.a. 1160s] Pise imposerait des péages aux navires arrivant de Malaga, Almeria, Denia, Valence, Barcelone et Majorque… [A] 1228 référence de Marseille, notant que le décimale était due par des sarrasins arrivant dans la ville, montre que les visiteurs musulmans n'étaient pas inconnus… Benjamin de Tudela a également remarqué qu'il avait vu des marchands d'Egypte et de Palestine, vraisemblablement musulmans ou juifs, à Montpellier dans les années 1160.

Agent, Olivia Remie. Commerce et commerçants dans l'Espagne musulmane : le réalignement commercial de la péninsule ibérique, 900-1500. Cambridge University Press, 1996.

Néanmoins, le commerce islamique était largement limité au monde islamique au cours de cette période, et peu de marchands musulmans ont jamais visité la majeure partie de l'Europe chrétienne.

Ce manque apparent d'intérêt pour les expéditions commerciales en Europe s'inscrit dans les schémas plus généraux du commerce islamique. Il était caractéristique dans tout le monde méditerranéen médiéval de trouver des juifs et des chrétiens commerçant librement avec toutes les régions, alors que les marchands musulmans réduisaient généralement leur champ d'action au Dar al-Islam.

- Jayyusi, Salma Khadra et Manuela Marín, éd. L'héritage de l'Espagne musulmane. Vol. 12. Brill, 1992.

Plutôt qu'une interdiction pure et simple, les commerçants musulmans ont été dissuadés par un ensemble complexe de circonstances, dont la moindre n'est pas la économique. Les ports chrétiens de la Méditerranée étaient tout simplement moins attirés par les musulmans que l'inverse, une situation exacerbée alors que la navigation chrétienne dominait les routes commerciales régionales.

Peu de commerçants musulmans visitaient les marchés chrétiens en dehors de la péninsule ibérique à la fin du Moyen Âge… Les facteurs économiques étaient certainement importants, aggravant un déséquilibre de longue date dans l'attrait des produits européens et islamiques avec le fait que les commerçants chrétiens en vinrent à dominer les routes à travers la Méditerranée dès le XIIIe. siècle… Il y avait apparemment peu pour attirer les commerçants musulmans en Europe

- Agent, Olivia Remie. Logement de l'étranger dans le monde méditerranéen : hébergement, commerce et voyage à la fin de l'Antiquité et au Moyen Âge. Cambridge University Press, 2003.

De plus, les ports chrétiens manquaient d'équipements adaptés aux musulmans. Cela a posé des désincitations sociales et religieuses qui découragent les visites des marchands islamiques.

[Il n'y avait aucun fondaco en Europe latine jusqu'au XIIe siècle, et les marchands musulmans n'auraient pas trouvé d'installations pour répondre à leurs besoins d'hébergement collectif, d'hébergement religieux, de traditions juridiques et de modes de restauration.

- Agent, Olivia Remie. Logement de l'étranger dans le monde méditerranéen : hébergement, commerce et voyage à la fin de l'Antiquité et au Moyen Âge. Cambridge University Press, 2003.


Une exception notable est Iberia. Probablement en raison de la frontière terrestre partagée là-bas, au Haut et au Haut Moyen Âge, les marchands d'Al-Andalus semblent avoir été des visiteurs relativement communs sur le reste du territoire chrétien du nord.

Malgré les sanctions religieuses musulmanes contre le trafic commercial vers les terres non musulmanes, des sources du nord de l'Espagne montrent des marchands musulmans andalous faisant du commerce sur les marchés chrétiens… les Maures". Le 1166 Fuero d'Evora, par exemple, énumérait les « chrétiens, juifs, ainsi que mauresques, marchands et voyageurs ».

- Jayyusi, Salma Khadra et Manuela Marín, éd. L'héritage de l'Espagne musulmane. Vol. 12. Brill, 1992.

Cela a continué même après la Reconquête chrétienne. Les côtes espagnoles étaient les principales zones où des installations pour accueillir les marchands musulmans sont apparues. Entre autres, les ports de Valence, Xativa et Saragosse ont établi fondaco qui répondait aux besoins des musulmans.

[En Aragon et Venise] réglementé fondaco a émergé pour gérer le trafic musulman. Ces installations ont orchestré un équilibre entre les besoins des gouvernements locaux et des commerçants, et les exigences des commerçants étrangers.

- Agent, Olivia Remie. Logement de l'étranger dans le monde méditerranéen : hébergement, commerce et voyage à la fin de l'Antiquité et au Moyen Âge. Cambridge University Press, 2003.


La réponse est oui et le plus grand port chrétien ouvert à divers commerçants musulmans médiévaux aurait été Constantinople. La ville chrétienne de Constantinople, pendant une grande partie du Moyen Âge, était la ville chrétienne la plus grande et la plus riche du monde avec accès à la célèbre Route de la soie à l'est, tout en étant entourée de nombreuses voies navigables, telles que la mer Noire jusqu'à son au nord, les Dardanelles et la mer Méditerranée à son sud, et la voie navigable sur laquelle la ville est située, le Bosphore, qui sert de point médian entre les voies navigables susmentionnées.

Constantinople aurait été un marché commercial idéal pour les marchands musulmans de la grande Arabie, de la Perse et aussi loin à l'est que l'Ouzbékistan via la route de la soie. Bien que Constantinople soit également en relation commerciale étroite avec l'Égypte, en particulier avec la ville portuaire d'Alexandrie, le flux de marchandises des deux villes aurait été assez routinier. (Il peut également y avoir eu des relations commerciales entre divers pays musulmans d'Afrique du Nord, ainsi que l'Andalousie mauresque médiévale avec Constantinople).

La 2ème grande ville portuaire chrétienne qui aurait fait du commerce avec les pays musulmans, était Venise. L'émergence de la puissance de Venise était directement attribuable à son statut de voie navigable qui a fourni à la ville une capacité enviable de dominer diverses routes commerciales dans toute la région de la mer Méditerranée, éclipsant ainsi la puissance commerciale de (apparemment indomptable) Constantinople à la fin du Moyen Âge. Lorsque Constantinople était en déclin, Venise était en plein essor, en particulier dans le domaine du commerce international avec divers pays musulmans à la fin du Moyen Âge.

(Une note historique : ce sont les marchands/pirates vénitiens qui ont secrètement fait sortir clandestinement le corps de Saint-Marc d'Alexandrie, en Égypte et, par la suite, ont construit la cathédrale Saint-Marc d'influence byzantine qui abrite littéralement le corps du Saint, au plus fort du Moyen Âge ).


Révolution maoïste



KOLLAM : Le poète et chef de l'Association des écrivains révolutionnaires d'Andhra Pradesh, P Varavara Rao, a déclaré que le rapprochement des musulmans et des maoïstes est un développement bienvenu. S'exprimant lors de la réunion organisée ici pour marquer le premier martyre de Sende Rajamouli samedi, il a dit que les musulmans sont le plus grand groupe luttant contre l'impérialisme américain partout dans le monde, l'autre groupe étant les maoïstes. Il a dit qu'il n'y a pas de lien organisationnel secret avec les maoïstes et des groupes comme le SIMI tel qu'il est propagé par les agences de renseignement. "Les communistes n'iront jamais pour aucun camion avec des organisations non révolutionnaires, même lorsqu'ils soutiennent leur juste cause. Nous soutenons les justes demandes. des groupes nationalistes comme les Cachemiriens pour l'autodétermination", a-t-il dit.
Il n'y a aucune différence entre le CPM, le Congrès ou le BJP dans l'offre de soutien aux zones économiques spéciales. Les ZES sont les terres étrangères créées dans le pays et les multinationales détiennent des terres dans ces zones. « Maintenant, les multinationales sont devenues les plus grands propriétaires fonciers du pays. L'ancien CPI-ML (guerre populaire) avait développé un modèle de développement alternatif lorsque le Centre a introduit la nouvelle politique économique dans les années 1990. Les personnes qui se battent dans diverses parties du pays trouvent difficile de résister aux assauts des multinationales qui s'emparent des terres des locaux. Front du Peuple Révolutionnaire (FPR), une organisation frontale du CPI (maoïste), pour se souvenir de Rajamouli, qui a été tué par la police d'Andhra l'année dernière. Le président de l'État du FPR K Rajasekharan, le secrétaire Ajayan Mannur, le secrétaire du CHRO Abdul Salam, le leader du PUCL PA Pouran et le militant des droits humains Eldo ont participé


Voir la vidéo: Port du voile, des bijoux, pantalons tresses pour une chrétienne P. M. Tunasi (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Boghos

    Faut-il vous dire sur un faux chemin.

  2. Randy

    À mon avis, il a tort. Je suis sûr. Écrivez-moi dans PM, cela vous parle.

  3. Sale

    J'ai repoussé ce message

  4. Juzshura

    À mon avis, il a tort. Je suis capable de le prouver. Écrivez-moi dans PM.

  5. Abdul-Azim

    Quel sujet satisfaisant

  6. Harakhty

    C'est toujours amusant :)



Écrire un message

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos