Nouveau

Histoire non coupée: Terry Anderson sorti en 1991

Histoire non coupée: Terry Anderson sorti en 1991


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Regardez la première conférence de presse de Terry Anderson après sa libération de captivité dans cette vidéo "History Uncut". Anderson a été capturé par des militants chiites du Hezbollah dans une tentative de chasser les forces américaines du Liban pendant la guerre civile libanaise. Anderson a été retenu en otage pendant 2454 jours.


Comment survivre et prospérer après 5 ans en otage

Joe Cicippio est de retour dans sa ville natale de Norristown, en Pennsylvanie, le 6 décembre 1991, quelques jours seulement après sa libération en otage à Beyrouth. Cicippio, maintenant âgé de 83 ans et vivant à Washington, a refait sa vie avec succès après l'épreuve. Sal Dimarco Jr./Temps masquer la légende

Joe Cicippio est de retour dans sa ville natale de Norristown, en Pennsylvanie, le 6 décembre 1991, quelques jours seulement après sa libération en otage à Beyrouth. Cicippio, maintenant âgé de 83 ans et vivant à Washington, a refait sa vie avec succès après l'épreuve.

Joe Cicippio a été retenu en otage par le groupe islamique Hezbollah au Liban pendant cinq ans, souvent enchaîné à un radiateur dans une pièce aux fenêtres obscurcies, entièrement coupé du monde extérieur. Quelques semaines après sa libération en 1991, il a demandé s'il pouvait reprendre son ancien poste de contrôleur à l'Université américaine de Beyrouth.

Il n'a pas été réembauché. Mais le bourreau de travail Cicippio est toujours un homme d'affaires à temps plein à 83 ans, dirigeant une entreprise technologique dans la banlieue de Washington. Il est le tambour-major d'une fanfare. Il voyage avec son élégante épouse libanaise, Elham, deux ou trois fois par an à Beyrouth, où ils ont une maison, de nombreux bons amis et un grand bateau amarré sur le front de mer de la ville.

Quel était le secret pour reconstruire sa vie ?

"Je ne m'énerve pas. Je ne crois pas à la rancune. Je n'ai d'animosité envers personne", a déclaré Cicippio.

La libération de Bowe Bergdahl, le soldat américain détenu par les talibans afghans pendant cinq ans, a déclenché une tempête politique qui se poursuit toujours. Alors que Bergdahl continue de recevoir un traitement dans un hôpital militaire américain en Allemagne 11 jours après sa libération, l'une des nombreuses questions sans réponse est de savoir quel est son état mental et émotionnel. Il n'aurait apparemment pas appelé ses parents.

Il y a une génération, quelque deux douzaines d'hommes américains ont été arrêtés au Liban à plusieurs reprises dans les années 1980 et détenus pendant des années. Les résultats ont été mitigés. Tous ont souffert d'angoisse mentale et émotionnelle pendant leur captivité. Plusieurs ont été tués par leurs ravisseurs. Certains survivants ont émergé avec de profondes cicatrices psychiques et ne se sont jamais complètement rétablis.

Cicippio a passé la plupart de ces cinq années avec un seul autre otage, un homme qui passait ses journées et ses nuits à parler sans cesse, comme s'il s'adressait à une salle remplie de personnes inexistantes. Un autre ancien otage a été consumé par l'amertume, affirmant pendant des années que l'épreuve des otages avait ruiné sa vie.

Un certain nombre d'ex-otages, dont Cicippio, ont poursuivi l'Iran, le soutien du Hezbollah, et ont collectivement reçu des dizaines de millions de dollars de compensation. Pourtant, Terry Anderson, un journaliste de l'Associated Press détenu pendant sept ans, a reçu un règlement judiciaire en 2002 estimé à 26 millions de dollars – et a déposé son bilan sept ans plus tard.

Revivre des expériences positives

Cicippio a déclaré qu'il s'était inspiré de toutes les choses positives de sa vie avant d'être arrêté, ce qui l'a aidé à supporter les jours interminables et à revenir dans le monde en grande partie indemne.

"Quand je suis sorti, les médecins n'ont rien trouvé d'anormal chez moi. Ma femme a dit que j'étais comme avant. Et je voulais juste reprendre ma vie. C'est ce que j'ai fait", a déclaré Cicippio dans une interview à son La maison de Washington, juste en bas de la rue de la résidence officielle du vice-président Biden.

Joe Cicippio a été détenu enchaîné dans 20 endroits différents au Liban. Certains otages ont eu du mal à se réadapter suite à leur libération. Il dit qu'il s'est concentré sur les bonnes choses de sa vie, y compris la musique, pour lui permettre de traverser sa captivité. Greg Myre/NPR masquer la légende

Joe Cicippio a été détenu enchaîné dans 20 endroits différents au Liban. Certains otages ont eu du mal à se réadapter suite à leur libération. Il dit qu'il s'est concentré sur les bonnes choses de sa vie, y compris la musique, pour lui permettre de traverser sa captivité.

Mais il y avait, a-t-il reconnu, des moments difficiles en cours de route.

Originaire de Norristown, Pennsylvanie, Cicippio avait passé plusieurs années au Moyen-Orient lorsqu'il a accepté le poste à l'Université américaine de Beyrouth en 1984, au plus fort de la guerre civile ruineuse du Liban. On lui a dit que la guerre n'affectait pas beaucoup la vie du campus.

"Je suis arrivé là-bas et nous étions dans l'abri anti-bombes tous les soirs pendant la première semaine", se souvient-il. D'une certaine manière, cela ne l'a pas découragé.

Pour des raisons de sécurité, il n'a pas quitté le campus pendant ses neuf premiers mois, mais il a rencontré et par la suite épousé Elham, qui suivait des cours.

Le 12 septembre 1986, un groupe d'hommes s'est approché de Cicippio sur le campus. Il pensait qu'ils étaient des étudiants en colère contre lui parce qu'il venait d'augmenter les frais. Il se préparait à une confrontation verbale, mais à la place, il a été frappé à la tête avec une arme à feu et traîné à demi inconscient hors du campus et placé dans le coffre d'une voiture.

Lorsque son bandeau a finalement été retiré, il se trouvait dans une cuisine, le premier des 20 endroits où il serait détenu au cours des cinq prochaines années. Il n'a jamais su exactement où il était, même s'il avait des indices.

Une fois, il entendit les avions aller et venir de l'aéroport de Beyrouth. Une autre fois, il était dans les montagnes, ce qu'il a glané lors de son voyage les yeux bandés dans une voiture qui gravissait des collines escarpées. D'autres fois, il savait qu'il était à la campagne sur la base du calme rompu uniquement par les animaux de la ferme.

Toujours enchaîné

Quel que soit l'endroit, ses conditions ont peu changé. Il était presque toujours enchaîné, souvent à un radiateur. Il n'avait qu'un ou deux compagnons d'otages.

On lui a dit de ne jamais regarder ses ravisseurs afin qu'il ne puisse pas les identifier, même s'ils portaient presque toujours des masques. La communication était minimale. La plupart du temps, les gardes jetaient simplement de la nourriture sur le sol et escortaient périodiquement Cicippio jusqu'à la salle de bain.

Une fois, son compagnon d'otage a dit aux gardes du Hezbollah qu'il pensait qu'ils étaient juifs. Ils ont ensuite passé des heures à le tabasser, avec Cicippio à proximité, enchaîné et impuissant.

"C'était toujours un soulagement de s'endormir la nuit parce que cela signifiait que vous aviez réussi à passer la journée", a-t-il déclaré. "Vous ne saviez jamais combien de temps cela durerait."

Son salut était la musique. Cicippio avait rejoint le Reilly Raiders Drum and Bugle Corps en tant que jeune homme en Pennsylvanie dans les années 1940 et est aujourd'hui le tambour-major du groupe.

Ses ravisseurs de Beyrouth jouaient parfois de la musique classique dans une autre pièce, et Cicippio se levait et faisait des gestes comme s'il dirigeait un orchestre imaginaire jouant Beethoven ou Bach. Quand la musique s'arrêtait, il la revivait, utilisant ses index comme baguettes.

"Ce fut un grand soulagement pour moi", a-t-il déclaré. "Je jouais cette musique encore et encore dans ma tête."

Après deux ans, les gardes ont commencé à lui apporter des livres. Il a lu le livre de Stephen Hawking Une brève histoire du temps à cinq reprises.

"Je ne comprends toujours pas", a déclaré Cicippio. Sa bibliothèque était limitée et il estime avoir lu le Coran plus de 100 fois, en mémorisant de nombreuses parties.

Il a été autorisé à écrire à Elham une fois. Mais plus tard dans la journée, il est allé à la salle de bain et a vu sa note – elle avait été déchirée en morceaux et tombée dans les toilettes à fosse qu'il utilisait.

Enfin libéré

Cicippio a été libéré le 2 décembre 1991, deux jours avant Anderson, qui était le dernier otage américain libéré. Après toutes ces années d'isolement, il a été soudainement assailli par les médias qui voulaient son histoire.

Il a constaté qu'un léger bégaiement antérieur était devenu plus grave, une conséquence, croit-il, du fait de parler si rarement pendant ces cinq années. Pendant sa captivité, son poids est passé d'environ 200 livres à 130. Il a d'abord eu du mal à dormir la nuit.

Le coup le plus dur de tous est venu lors de son vol en avion en provenance du Moyen-Orient. Elham lui a dit que son fils aîné, issu d'un précédent mariage, était mort d'une crise cardiaque à l'âge de 30 ans alors que Cicippio était en captivité. Une de ses sœurs était décédée d'un cancer et une autre mourrait, également d'un cancer, deux mois seulement après sa libération.

Ce n'était pas seulement son propre monde qui avait changé.

"Tout semblait plus rapide. Tout d'un coup, il y avait des télécopieurs. Il y avait tellement de femmes sur le lieu de travail. Le marché boursier était devenu fou. Je me sentais comme Rip Van Winkle", a-t-il déclaré.

Lors d'un voyage dans un centre commercial, il a commencé à pleuvoir. "Je suis resté là, les bras tendus et je suis devenu trempé", a-t-il déclaré. "C'était un sentiment tellement formidable après tant d'années d'être enfermé à l'intérieur."

Cicippio et les autres otages libanais ont été traités comme des héros, et il a continué à parler à travers le pays pendant plus d'un an. Il a dirigé des défilés et a lancé la pièce avant le coup d'envoi d'ouverture au Rose Bowl.

Puis il a voulu se remettre au travail. Il a rejoint l'USAID à Washington en tant que responsable financier principal. Il est maintenant PDG de Technical Specialties, une entreprise de technologie de l'information.

"J'ai toujours aimé m'occuper", a déclaré Cicippio. "C'est qui je suis, et c'est ce qui me rend heureux."

Lorsqu'on lui a demandé ce qu'il pensait de l'affaire Bowe Bergdahl, Cicippio lui a simplement souhaité bonne chance et a cité la Bible : « Ne juge pas pour que tu ne sois pas jugé.


1991 : Otage libéré du Liban

En cliquant sur S'inscrire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Bon retour, Terry Anderson !

Lorsque vous avez finalement été libéré mercredi, près de sept ans après votre capture, le cœur de l'otage de la nation a également été libéré. Nous nous réjouissons tous pour vous et votre famille.

Vous faisiez juste votre travail quand vous avez été pris. Vous n'avez jamais eu l'intention de devenir un symbole, une figure obsédante scrutant les photographies Polaroid blanchies au flash envoyées périodiquement aux agences de presse par vos ravisseurs, un rappel constant de l'impuissance de cette plus puissante des nations face à la pathologie surréaliste du terrorisme au Moyen-Orient. .

Pourtant, vous êtes devenu l'otage américain le plus longtemps détenu en grande partie à cause d'une tournure ironiquement perverse : vous, une partie des médias d'information, êtes devenu l'otage médiatique ultime. Plus vos propres collègues se concentraient sur votre sort et plus votre famille réussissait à porter votre histoire à l'attention de la nation, plus vous deveniez précieux pour vos ravisseurs. Finalement, il est devenu évident que plus on écrivait ou diffusait sur vous, plus vous étiez susceptible d'être le tout dernier otage à être libéré. Comme vous l'étiez en effet. Cette prise de conscience a peut-être finalement motivé l'atténuation appropriée et progressive de l'intense couverture médiatique de votre histoire.

Depuis que le terrorisme international et les prises d'otages sont devenus partie intégrante de la scène politique, les membres des médias ont été mis mal à l'aise par le rôle qu'ils ont joué dans ce drame. Les terroristes politiques et les médias sont liés dans une relation symbiotique. Ils se nourrissent les uns des autres. Les terroristes ont besoin des médias pour être efficaces. Et une presse libre ne peut ignorer l'intérêt public impérieux créé par les prises d'otages ou les actes de terreur. Du point de vue de la politique nationale, ignorer les demandes des preneurs d'otages est la seule solution viable. Les gouvernements peuvent s'en tenir à cette voie. La presse et les autres médias d'information doivent faire eux-mêmes une sérieuse introspection sur leur rôle et leurs responsabilités dans les futurs drames d'otages.

Mais pour l'instant, Terry, sois content de rentrer à la maison. Passez les fêtes de fin d'année les plus joyeuses de votre vie. Votre libération a illuminé la nôtre.


Les poèmes de la captivité de Terry Anderson

Terry Anderson, l'otage américain le plus longtemps détenu, a tenu un récit extraordinaire de ses sept années de captivité au Liban. Il a composé, en tout, 32 pièces qu'il appelle ses « poèmes de prison ». -------------------------------

La poésie, disait le poète William Wordsworth, "est le débordement spontané de sentiments puissants".

Terry Anderson n'a jamais prétendu être un poète. Mais enchaîné à un mur dans une pièce sombre, seul avec ses pensées, ses peurs, ses rêves et ses compagnons de captivité pendant sept longues années, il a très certainement acquis des sentiments puissants. Peu de temps avant sa libération, ils ont spontanément débordé.

"J'avais passé une nuit sans dormir, ce qui n'était pas inhabituel", se souvient Anderson. « Juste après l'aube, j'ai réveillé Tom. J'ai dit : « Tom, j'ai écrit un poème.

"Je le lui ai récité – nous n'avions pas le droit de papier ou de crayons et nous devions tout mémoriser – et nous en avons parlé et j'ai décidé, par Dieu, que j'aime un peu ça. La nuit suivante, j'en ai écrit quelques autres. "

Anderson, qui était le correspondant en chef de l'Associated Press pour le Moyen-Orient, a été enlevé à Beyrouth le 16 mars 1985. Thomas Sutherland, qui était doyen de l'agriculture à l'Université américaine de Beyrouth, a été enlevé près de trois mois plus tard, le 9 juin. Ensemble et séparément ils ont été transférés dans diverses prisons au Liban jusqu'à ce qu'ils soient tous deux libérés à la fin de l'année dernière.

Anderson a déclaré que lorsque John McCarthy, un producteur de télévision britannique pris en otage en 1986, a été libéré le 8 août 1991, lui et Sutherland étaient à peu près sûrs que leur liberté n'était pas loin. Au cours de ces quatre mois suivants, il a écrit ce que sont les « poèmes de la prison ».

"Ils étaient comme une catharsis", a-t-il déclaré.

"C'était comme si nous savions que nous allions bientôt rentrer à la maison, toutes ces sept années de réflexion sur ma vie, ma carrière, ma religion, mes expériences, ce qui m'était arrivé, tout se sont réunis et tout est sorti."

Lorsque Sutherland a été libéré, avec Terry Waite, un envoyé de l'Église d'Angleterre qui avait été emmené alors qu'il tentait de négocier la libération des otages, Anderson a convaincu ses ravisseurs de lui permettre d'envoyer une lettre avec eux et un stylo et du papier pour l'écrire.

"Franchement, je commençais à m'inquiéter. À ce moment-là, j'avais 17 poèmes en tête et j'avais peur de les perdre. J'ai écrit une lettre, puis j'ai eu le temps d'écrire 11 des poèmes. Au moment où j'ai été libéré, j'en avais écrit 32. , tout dans ma tête. Je les ai tous écrits plus tard. "

Le premier qu'il a écrit, le poème Tom-regarde-ce-que-j'ai fait, s'intitule "Pas ici". Anderson y évoque des expériences de sa vie, en tant que Marine au Vietnam et reporter en Thaïlande et au Japon, des reconstitutions vivantes qui permettent au moins à son esprit de fuir la captivité.

Je suis allongé sur le sable du Levant, pâle à côté

le quasi chocolat de mon autre moi

pas d'yeux asiatiques en amande, mais d'énormes sémitiques,

sombre d'amour, pas khôl fier nez sarrasin

des cris de tours, et Damas,

lèvres rouges, dents blanches chuchotant de

Je ne suis pas enchaîné il n'y a pas de porte en acier,

pas d'amertume, pas de colère ce sont

beaucoup moins réel que ceux-ci.

Il y a de la douleur dans le passé et le présent à la fois,

mais Il y a aussi la joie et l'amour.

Et ce poème, sans titre comme la plupart des autres, "est l'un de mes préférés", a déclaré l'auteur :

Je rêve de faire pousser des choses,

pas dans des jardins méticuleusement ordonnés,

mais dans une profusion sauvage abandonnée.

Je pense à couper les arbres tombés

nettoyer une petite feuille étouffée

ruisseau, et regarder l'eau

fonctionner à nouveau clair et libre.

Je pense à toutes les petites créatures sauvages

J'ai chassé comme un garçon et secoue la tête.

Trop de guerres, les miennes et les autres,

m'ont laissé incapable de voir

n'importe quelle arme sans rappeler

visages d'hommes, de femmes, d'enfants,

et la douce horreur

odeur de corps au soleil.

J'aspire à la vie si férocement,

Anderson a également découvert à quel point sa religion comptait pour lui en captivité. Les quatre autres personnes présentes à cette messe en prison sont un prêtre catholique romain, le révérend Lawrence Jenco, et un pasteur presbytérien, le révérend Benjamin Weir, tous deux otages lorsque Anderson a été pris en otage David Jacobsen et Tom Sutherland.

Cinq hommes blottis contre

la nuit et nos oppresseurs,

autour d'un peu de pain rassis

amassé d'un repas maigre,

et une bougie, allumée non seulement

comme un symbole mais pour lire le texte par.

Le prêtre est aussi mal vêtu,

aussi dessiné avec tension que n'importe quel autre,

mais sa voix est calme, son visage serein.

C'est le cœur de son existence,

Derrière lui je vois ses prédécesseurs

dans leurs générations, jusqu'aux Catacombes,

la tête hoche la tête en signe d'approbation, les mains avec les siennes

traçant avec lui le rituel majestueux,

ajoutant la puissance de leur souffrance

et la foi à la sienne et à la nôtre.

Les mots anciens secouent

leur poussière, et prennent vie.

Les voix de leurs auteurs

résonnent clairement des murs nus et humides.

Les prières familières viennent

tout droit sorti de nos cœurs.

Encore une fois la promesse du Christ

s'accomplit sa présence nous remplit.

Anderson a écrit tous sauf un de ses 32 poèmes en vers libres. L'exception, un poème proposant sa définition de la foi, suit un modèle de quatre syllabes par ligne. "J'ai beaucoup réfléchi à ma foi, essayant de comprendre exactement en quoi je croyais." Le poème de 38 vers conclut :

La foi, donc, pour endurer la captivité, et quelque chose de plus :

c'est une nécessité, un trait de survie,

un puits toujours plein d'où

par le désert de cette non-vie.

Ma foi monte et recule

l'espoir m'abandonne parfois,

Je donne des coups de pied, je crie et je m'agite

n'offre qu'une résistance douce,

laver doucement à ma rage.

Je trouverai la patience, l'espoir et la foi

émergeant d'une source unique,

"L'un de nos gros problèmes", a déclaré Anderson, "a été de trouver comment gérer nos gardes." Juste ainsi. Il a intitulé ce poème "Satan".

pour les ténèbres du monde,

Mais tout le mal que j'ai vu

qui truque une voiture dans une bombe,

ou vole de l'argent destiné à la nourriture des autres.

Et ce n'était pas un esprit extraterrestre

qui m'a enchaîné à ce mur.

Un de ceux qui m'ont kidnappé

a dit une fois: "Aucun homme ne croit qu'il est mauvais."

Une pensée pénétrante et subtile

dans ces circonstances, et de lui.

Il n'est pas stupide et ne semble pas fou.

Il sait que je ne lui ai fait aucun mal.

m'a entendu pleurer dans la nuit.

Pourtant, il vérifie quotidiennement ma chaîne,

s'assure que mon bandeau est sécurisé,

puis s'agenouille devant ma cellule

et prie Allah, miséricordieux, compatissant.

Je connais trop bien les envies les plus sombres en moi,

la violence et l'égoïsme.

J'ai vu peu de choses en lui que je ne peux pas reconnaître.

Je sais aussi que mon esprit se briserait,

mon âme mourrait si je faisais les choses qu'il fait.

Je suis tenté de croire qu'il y a vraiment

un diable en lui, un maléfique,

force indépendante qui le rend

C'est une réponse trop facile et trop dangereuse

C'est ainsi qu'apparaissent tant de maux.

Je dois rejeter, abhorrer et lutter contre

ces actes et reconnaissons que

ils ne sont pas inhumains, bien au contraire.

Nous ne pouvons pas séparer les choses

Détester le péché et aimer le pécheur n'est pas

un concept que je comprendrai jamais vraiment.

Je ne l'aimerai jamais - je ne suis pas le Christ.

Mais je vais essayer d'obtenir le pardon

parce que je sais qu'à la fin,

comme toujours, Christ avait raison.

Anderson ne pouvait pas non plus se résoudre à haïr le pays de sa captivité ni ses habitants. Le poème, une complainte, commence "Pendant 3000 ans, cette terre était connue comme le paradis. . ." et décrit la grandeur et les dons qui l'ont sanctifié et les haines sanglantes qui l'ont maudit. Le poème conclut :


Histoire non coupée: Terry Anderson sorti en 1991 - HISTOIRE

1991 Après l'invasion de l'Irak au Koweït Une force de coalition des Nations Unies comprenant les États-Unis, les pays arabes et européens bombarde les forces irakiennes au Koweït et force les forces irakiennes à quitter le Koweït et à retourner en Irak. Après de nombreuses années d'apartheid en Afrique du Sud, une nouvelle constitution pour la société multiculturelle est formée. C'est aussi le début des guerres balkaniques et Lech Walesa est élu président de la Pologne. C'est aussi l'année où Freddie Mercury, le chanteur du groupe Queen, meurt du virus du SIDA. Certaines des avancées technologiques notables incluent Airbag, A Blue Rose (grâce à l'utilisation du génie génétique) et Tim Berners-Lee présente le navigateur Web.

Combien coûtaient les choses en 1991
Taux d'inflation annuel USA 4.25%
Clôture de l'année Dow Jones Industrial Average 3168
Taux d'intérêt en fin d'année Réserve fédérale 6,50%
Coût moyen d'une nouvelle maison 120 000,00 $
Revenu moyen par an 29 430,00 $
Loyer mensuel moyen 495,00 $
Coût d'un gallon d'essence 1,12 $
1 LB de Bacon 1,95 $
Douzaine d'oeufs 85 cents



Quels événements se sont produits en 1991

  • Opération Tempête du désert La force de la coalition des Nations Unies dirigée par les États-Unis et comprenant de nombreux pays arabes et européens bombarde les forces irakiennes au Koweït et après 1 mois de bombardement Forces d'invasion terrestre Les forces irakiennes quittent le Koweït et retournent en Irak
  • Le Conseil de sécurité de l'ONU adopte l'Accord de cessez-le-feu, la résolution 687. La résolution appelait à la destruction ou au retrait de toutes les armes chimiques et biologiques de l'Irak, et à la fin de son soutien au terrorisme international. L'Irak accepte les termes de la résolution le 6 avril et l'ONU autorise les inspections d'armes en Irak
  • Cyclone au Bangladesh tue 200 000
  • Des incendies dans les collines d'Oakland, en Californie, brûlent des milliers de maisons et tuent 25 personnes
  • 50% de Inde la population vit au niveau ou en dessous du seuil de pauvreté
  • Le Premier ministre indien Rajiv Gandhi est assassiné
  • Rouleau de la mer Morte est dévoilé
  • Sanctions de l'ONU imposées contre Libye en réponse à une implication présumée dans l'attentat de Lockerbie
  • Référendum en Afrique du Sud soutient la création d'une nouvelle constitution pour la société multiculturelle et l'apartheid est démantelé
  • Winnie Mandela, l'épouse de Nelson Mandela, est condamnée à six ans de prison pour son rôle dans l'enlèvement de quatre jeunes
  • Slovénie et Croatie déclarer l'indépendance de la Yougoslavie et le début de la guerre des Balkans
  • Tentative de coup d'État communiste en Union soviétique supprimé mais déclenche des déclarations d'indépendance de toutes les républiques non russes au sein de l'URSS, d'ici la fin de l'année, l'URSS est dissoute et l'indépendance des républiques reconnue
  • Le marché unique européen lève les restrictions commerciales dans le CEE et le traité de Maastricht ouvre la voie à une Union politique plus étroite
  • Les Banque de Crédit et de Commerce Internationalel (BCCI) fermé par les régulateurs des États-Unis et du Royaume-Uni
  • Soixante-dix tornades éclater dans le centre des États-Unis, tuant 17 personnes.
  • Les Dow Jones la moyenne a dépassé les 3 000 pour la première fois
  • Boris Eltsine remporte les premières élections libres du premier président russe élu au suffrage universel
  • Le Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien met fin à 17 ans de régime marxiste en Ethiopie.
  • Mike Tyson est arrêté et accusé d'avoir violé Desiree Washington
  • Jeffrey Dahmer est arrêté après la découverte des restes de 11 hommes et garçons dans son appartement de Milwaukee, Wisconsin
  • 7.0 Échelle de Richter tremblement de terre en Italie du Nord - 2000 morts
  • 6.8 Échelle de Richter tremblement de terre près de la frontière entre le Pakistan et l'Afghanistan
  • L'Union soviétique réprime Lituanie qui tentaient d'obtenir leur indépendance de l'Union soviétique
  • UK Poll Tax introduit en 1990 est éliminé et remplacé par une alternative
  • Ancien postier américain Joseph Harris tue son ancienne petite amie et sa fiancée ainsi que deux anciens collègues du bureau de poste de Ridgewood, dans le New Jersey, ce qui a donné lieu à l'expression "going postal" .
  • Lech Walesa le président des travailleurs polonais est élu président de la Pologne
  • Corps du magnat de l'édition Robert Maxwell est retrouvé flottant dans la mer - il était tombé de son yacht peu de temps après sa mort l'Empire Maxwell fait face à la faillite
  • Freddie Mercury, chanteur du groupe Queen, publie une déclaration publique confirmant qu'il est atteint du sida, et le lendemain il meurt de complications
  • Journaliste Terry Anderson est libéré après sept ans de captivité comme otage à Beyrouth
  • Terry Waite l'envoyé spécial de l'archevêque de Cantorbéry, est libéré après plus de quatre ans de captivité
  • La brutalité policière filmée en Californie dans le cas de Roi Rodney arrêter
  • Mikhail Gorbatchev démissionne en tant que président de l'Union soviétique et l'Union soviétique cesse officiellement d'exister
  • Le Pacte de Varsovie met fin à l'alliance militaire entre l'Union soviétique et ses voisins d'Europe de l'Est
  • Les États-Unis et l'Union soviétique signent le traité START
  • La Macédoine devient indépendante de l'ex-Yougoslavie
  • La Croatie devient indépendante de l'ex-Yougoslavie
  • La Slovénie devient indépendante de l'ex-Yougoslavie
  • Birmingham Six Sorti au Royaume-Uni
  • Les pays suivants obtiennent tous leur indépendance lorsque l'Union soviétique se sépare de l'Ouzbékistan, du Tadjikstan, du Kirghizistan, d'Axerbaijan, de l'Ukraine, de la Moldavie, de la Lituanie, de la Lettonie, de la Biélorussie et de l'Estonie.
  • La sortie de Nevermind de Nirvana a marqué le début de l'ère Grunge qui allait dominer la scène musicale jusqu'au milieu des années 90.
  • Terminator 2 : Jour du Jugement
  • Robin des Bois : Prince des voleurs
  • Le silence des agneaux
  • Accrocher
  • La famille Addams
  • Coucher avec l'ennemi
  • Père de la mariée
  • The Naked Gun 2½ : L'odeur de la peur
  • La belle et la Bête
  • Backdraft
  • Beethoven
  • Thelma & Louise
  • Confiture de Perles
  • Whitney Houston avec "Tous les hommes dont j'ai besoin"
  • Michael Jackson avec "Noir et Blanc"
  • reine
  • Bryan Adams avec "Tout ce que je fais, je le fais pour vous"
  • Effacement
  • Marillion
  • Phil Collins
  • Guns N' Roses
  • Mariah Carey avec "Someday"
  • Metallica
  • Amy Grant
  • Beverly Craven
  • Cher
  • Gloria Estefan
  • R.E.M.
  • Janet Jackson
  • Extrême
  • Boyz II Hommes
  • U2
  • Van Halen
  • Le choc
  • Paula Abdul avec "La promesse du nouveau"
  • Jour
  • Billy Bragg
  • Garth Brooks
  • Nirvana
  • Internet est mis à disposition pour une utilisation commerciale illimitée et le nombre d'ordinateurs sur le net atteint 1 million
  • Le vaisseau spatial américain Galileo se rapproche le plus du 951 Gaspra, devenant ainsi la première sonde à visiter un astéroïde
  • Microsoft publie MS Dos 5.0
  • Roses bleues produites par Génie Génétique
  • La glace recouvrant l'Arctique a diminué de 2% au cours des 10 dernières années
  • La forêt tropicale humide diminue de 1% par an en raison des activités humaines
  • Tim Berners-Lee présente le navigateur Web.
  • La propagation du choléra atteint des proportions proches de l'épidémie dans les pays d'Amérique latine

Invention inventée par les inventeurs et le pays (ou attribuée à la première utilisation)


Histoire non coupée: Terry Anderson sorti en 1991 - HISTOIRE

1991 (MCMXCI) était une année commune commençant le mardi du calendrier grégorien, la 1991e année de l'ère commune (CE) et Anno Domini (AD), la 991e année du 2e millénaire, la 91e année du 20e siècle et la 2e année de la décennie des années 90.

C'était la dernière année de la guerre froide qui avait commencé en 1947. Au cours de l'année, l'Union des républiques socialistes soviétiques est tombée, laissant à sa place quinze républiques souveraines et la CEI. En juillet 1991, l'Inde a abandonné ses politiques de socialisme et d'autarcie et a entamé de vastes changements néolibéraux dans son économie. Cela a augmenté le PIB, mais a également accru les inégalités économiques au cours des deux décennies suivantes. [1] Une force de coalition autorisée par l'ONU de 34 nations a combattu contre l'Irak, qui avait envahi et annexé le Koweït l'année précédente, 1990. Le conflit serait appelé la guerre du Golfe et marquerait le début d'une présence militaire américaine depuis constante au Moyen-Orient. L'affrontement entre la Serbie et les autres républiques yougoslaves conduirait au début des guerres yougoslaves, qui ont duré le reste de la décennie.


Peggy Say, qui a demandé la libération de l'otage Terry Anderson, décède à 74 ans

L'ancien otage américain Terry Anderson, à gauche, et sa sœur Peggy Say lors d'une conférence de presse le 6 décembre 1991 à Wiesbaden, en Allemagne, deux jours seulement après sa libération.

Peggy Say, qui a passé près de sept ans dans une quête inlassable pour la libération de son frère, le journaliste Terry Anderson, et d'autres otages des kidnappeurs au Liban, est décédée mercredi. Elle avait 74 ans.

Anderson, le correspondant en chef de l'Associated Press au Moyen-Orient lorsqu'il a été enlevé dans les rues de Beyrouth en 1985 au milieu de la guerre civile du pays, a déclaré que sa sœur était décédée mercredi des suites d'une maladie pulmonaire. Elle vivait à Cookeville, à environ 70 miles à l'est de Nashville.

Femme au foyer autoproclamée, Say est rapidement devenue le champion public le plus en vue de son frère, gardant son sort et celui des autres otages au Liban aux yeux du public au fil des ans.

"On nous a autorisé une radio de temps en temps, et nous avons entendu parler de ses efforts et des efforts des familles d'autres otages à la radio, et bien sûr, c'était toujours un grand réconfort", a déclaré Anderson, qui était détenu par le pro -La faction militante musulmane chiite iranienne du Jihad islamique pendant 2454 jours.

Anderson a été libéré le 4 décembre 1991. Il était le plus longtemps détenu des 92 étrangers enlevés pendant la guerre civile. La plupart ont finalement été libérés. Onze sont morts ou ont été tués en captivité.

L'ancien président de l'AP, Lou Boccardi, s'est souvenu de Say comme d'une «femme remarquable» et d'un défenseur acharné.

"En très peu de temps, elle est devenue une figure nationale en tant que visage familial d'efforts longs et frustrants pour gagner la liberté de son frère", a déclaré Boccardi dans un e-mail. "Elle n'a jamais pris 'non' pour une réponse."

Say vivait dans le nord de l'État de New York lorsque son frère a été pris en otage. Elle a déménagé à Cadix, dans l'ouest du Kentucky, pour trouver plus d'intimité pour elle-même et son mari, David, en 1988. Il est décédé en 2012.

L'activisme de Say n'a pas été sans critiques. Certains responsables de Washington à l'époque ont affirmé que son approche vocale prolongeait la captivité des otages en compromettant les efforts en coulisses pour les libérer.

Elle a rejeté ces arguments.

J'ai fait ce que j'avais à faire en tant que sa sœur.

Peggy Say, à la veille de la libération de son frère en 1991

"J'ai fait ce que je devais faire en tant que sœur", a-t-elle déclaré à la veille de la libération de son frère en 1991. "Je ne pense pas que les Nations Unies seraient jamais intervenues si nous n'avions pas gardé le sort de Terry et d'autres personnes vivant."

Elle croyait que c'était l'intervention de l'ONU qui avait finalement permis de libérer les derniers otages américains.

Anderson a déclaré mercredi que l'une des premières questions sur lesquelles sa sœur l'avait interrogé lors de sa libération était de savoir si son activisme l'avait fait rester plus longtemps. Il a dit qu'il ne croyait pas que ce soit le cas.

"Je lui ai dit que j'étais satisfait de ce qu'elle avait fait pour un certain nombre de raisons", a-t-il déclaré. « L'un était de nous donner de l'espoir lorsque nous en avons entendu parler. Et deuxièmement, que cela a donné aux familles le sentiment qu'elles étaient activement engagées à essayer de faire quelque chose. »

Say rencontrait périodiquement les représentants de l'ONU de l'époque. Secrétaire général Javier Perez de Cuellar. Ses voyages l'ont mise face à face avec le pape Jean-Paul II, le dirigeant palestinien Yasser Arafat, le président de la Grèce, le ministre syrien des Affaires étrangères et un associé du terroriste notoire Abou Nidal.

Ses efforts, soutenus par l'AP, ont été marqués par des déceptions en cours de route.

En 1985, le président Reagan a exclu de négocier avec des terroristes. Mais ensuite, elle a vu les États-Unis conclure un accord avec les pirates de l'air d'un avion de la TWA à Beyrouth pour libérer leurs prisonniers.


ANDERSON, DERNIER OTAGE AMÉRICAIN, EST LIBÉRÉ

DAMAS, SYRIE, DÉC. 4 -- Un voyage de près de sept ans au cœur des ténèbres de Beyrouth s'est terminé aujourd'hui pour Terry Anderson, le plus ancien des otages occidentaux au Liban, clôturant presque un chapitre de l'histoire du Moyen-Orient qui avait amené les administrations américaines successives à l'impuissance frustrée devant un groupe obscur de musulmans radicaux.

Après un retard d'une journée que les responsables de l'ONU ont attribué aux routes enneigées, Anderson, correspondant en chef de l'Associated Press pour le Moyen-Orient, a comparu devant ses collègues lors d'une conférence de presse et a déclaré : « Vous ne pouvez pas imaginer à quel point je suis heureux de voir tu."

Le journaliste de 44 ans, qui a été enlevé le 16 mars 1985 par la faction du Jihad islamique de musulmans chiites libanais soutenus par l'Iran, semblait être en bonne santé et a déclaré qu'il avait été soutenu dans sa longue épreuve par ses compagnons de captivité, sa foi religieuse et son « entêtement ».

"Vous vous réveillez tous les jours. Vous puisez de l'énergie quelque part. Je ne sais pas comment", a déclaré Anderson, alors qu'il fouillait continuellement la salle comble du ministère syrien des Affaires étrangères à la recherche d'amis et de collègues basés à Beyrouth à qui faire signe et donner un signe de pouce levé.

Lorsqu'on lui a demandé quels étaient ses derniers mots à ses ravisseurs, Anderson a simplement dit "Au revoir" et a ri.

A Washington, le président Bush, qui a appelé Anderson à Damas "pour exprimer l'amour et l'admiration que tous les Américains ont pour Terry", a déclaré qu'il avait rejoint la famille et les amis d'Anderson "dans leur bonheur pour son retour à la liberté".

But he added: "While the American hostages have now been released, we cannot say the ordeal is over. We call for the immediate, safe and unconditional release of all those held outside the legal system in the region, including the two German hostages."

Bush said the United States still wanted a "full accounting" of all hostages who reportedly have died or been killed in captivity.

White House spokesman Marlin Fitzwater criticized Iran, with whom most of the hostage-taking groups had allied themselves, as "still a terrorist state." He and State Department spokesman Margaret Tutwiler both insisted that the United States had made no deals to gain the release of the American hostages, the Associated Press reported.

Fitzwater also refused to speculate on the possibility that the release would lead to resumption of relations between the United States and Iran.

In New York, U.N. Secretary General Javier Perez de Cuellar, who has led the negotiations for release of all hostages and prisoners in the Middle East, said: "I am very pleased. I have closed the American chapter, I have closed the British chapter, now I have to close the German chapter, the Israeli chapter and the Lebanese chapter," Reuter reported.

Anderson appeared to be in an ebullient but, considering the bedlam atmosphere of the news conference, fully relaxed mood, as he joked with his questioners. Asked how he felt about being labeled the longest-held Western hostage, Anderson replied, "It's an honor I'd have gladly given up long ago."

At another point, he spotted AP photographer William Foley in the crowd and said, "My God, you look grayer than I do."

Anderson was wearing dark slacks, a white shirt and a dark sweater. He was wearing a pair of glasses precariously perched on his nose with part of the frame, a temple sidepiece, missing.

He said his spirits were kept up by listening to British Broadcasting Corp. newscasts on a radio provided by his kidnappers in the later period of his captivity, and that he was particularly grateful for messages from his family that reached him through Lebanese television and newspaper reports.

But Anderson, a stickler in the AP mold for accuracy, said he wanted to indulge himself in a "little niggling" of press reports by saying, "I was never a Marine captain, I was a Marine staff sergeant -- and I'm very proud to have been that, by the way."

He said that because the Shiite radicals who held him never admitted having any control over other hostages, or even having information about them, he could shed no light on when two German aid workers, Thomas Kemptner, 30, and Heinrich Streubig, 50, would be released.

However, Muslim sources in Beirut and Iranian officials have said that the two Germans, who were kidnapped May 16, 1989, are expected to be released soon. They are being held with demands that Germany free two brothers of Abdul Hadi Hamadi, a senior official of the Hezbollah Shiite umbrella group, who are in German prisons for murder, kidnapping and air piracy.

Anderson said his captors came to his cell Tuesday afternoon with new clothes -- the first new apparel he had worn in almost seven years, he said -- and a pair of new shoes that he said did not fit and were hurting his feet.

He said he was asked to read an Islamic Jihad statement on videotape that was delivered to the AP office here this morning. But in the news conference and in the videotape, Anderson emphasized that the statement was not his own.

In the videotape Anderson said: "Before my release today, my captives had asked me to read a statement from them to the world. This is their statement about this episode of hostage-taking. It is not mine. There are things in it I do not agree with. But I think it is important for people to understand what they think and believe. The language and expressions aren't familiar to many in the West. It's based on a different culture. We should try to understand it."

The Islamic Jihad statement, long, political and occasionally rambling, said Anderson was being freed because the group had decided to stop linking the release of hostages with freedom for Arabs held in Israeli and European prisons.

It said: "We have seriously made efforts to close this file in the past year. . . . After finishing several stages, we decided to separate the issue of our captives from the hostages in the prisons of the enemy and we're going to free our last captive, Terry Anderson, thus folding this page in the hostage file before glorious Christmas."

Anderson said that after videotaping the statement, he spent a sleepless night pacing his cell and played solitaire before his captors drove him "to a nearby place" where he was handed over to Syrian army officers.

He made light of his drive from Lebanon to Damascus, which took much longer than normal because of a snow storm in the Lebanese mountains.

In New York, Perez de Cuellar told the AP that Anderson was being driven to the Syrian capital on the relatively direct Damascus Highway, but that mountain snows on the border had slowed them down.

During the news conference, Anderson was flanked by Syrian Foreign Minister Farouk Charaa the U.S. ambassador to Syria, Christopher Ross and U.N. special envoy Giandomenico Picco, who for four months has spearheaded negotiations among the pro-Iranian kidnappers, Iran and Syria for the release of six American and British captives.

Anderson singled out Picco for praise, saying, "I don't know how to express it."

He also said to the reporters and photographers at the news conference, who had cheered him as he entered the cramped Foreign Ministry reception room, "Your support -- all of my colleagues -- has been very important to me."

"I've thought about this moment for a long time, and now it's here," he said, adding, "I'm scared to death."

Anderson was kidnapped March 16, 1985, after a spirited game of tennis in west Beirut with Don Mell, an AP photographer. He was dragged out of his car in a bear hug by three gunmen who leaped out of a Mercedes, while Mell watched helplessly, a gun to his head, as his boss disappeared into the wilderness of gunmen and noisy traffic and eventually into the bowels of Beirut's Shiite southern suburbs.

The hostage drama began to draw to a close in August, when Shiite kidnappers freed British journalist John McCarthy, 34, and American writer, Edward Tracy, 60, and asked Perez de Cuellar to mediate an exchange of prisoners that would end in the release of all Middle East captives -- Arab and Western.

In succession, six more Western hostages, including Anglican Church envoy Terry Waite, were freed.

Israel has released 91 Arabs held in southern Lebanon by its surrogate militia, the South Lebanon Army, and has received the body of an Israeli soldier killed in Lebanon and information on the fate of some of its other missing servicemen.

Israel is still awaiting word about the fate of four servicemen unaccounted for, and the release of Israeli air force navigator Ron Arad, whose plane was shot down over Lebanon in 1986.


1991 in History (Part 5)

    New Zealand's Resource Management Act 1991 commences. Soviet Union suspends petroleum product exports as its fuel shortages grow Delta Center in Salt Lake City Utah Whiteland Janice, driven by Mike Lachance, wins Kentucky Futurity The Protocol on Environmental Protection to the Antarctic Treaty is opened for signature. Military transport plane crashes at Jakarta, 133 dies USSR reduces nuclear weapons arsenal The first official version of the Linux kernel, version 0.02, is released. Child star Adam Rich arrested for stealing hypodermics

Événement de L'intérêt

Oct 7 Law Professor Anita Hill accuses Supreme Court nominee Clarence Thomas of making sexually inappropriate comments to her

Événement de L'intérêt

Oct 8 The Croatian Parliament cuts all remaining ties with Yugoslavia

    Bush declares "total confidence" in nominee Clarence Thomas Ecuador becomes a member of the Berne Convention copyright treaty Ex-postal worker Joseph Harris kills 4 postal workers

Nobel Prix

Oct 14 Burmese opposition leader Aung San Suu Kyi wins Nobel Peace Prize

    Clarence Thomas is confirmed as Supreme Court Justice (52-48) George Jo Hennard, 35, kills 23 & himself & wounds 20 in Texas US Supreme Court begins to hear Joseph Doherty case Jharkhand Chhatra Yuva Morcha is founded at a conference in Ranchi, India. News anchor Bree Walker Lampley files an FCC complaint that LA radio KFI-AM personally attacked her by discussing her having a disformed baby US performs nuclear test at Nevada Test Site 6.1-7.1 earthquake in Uttar Kashi, India, about 670 die Formal opening ceremony of Intl One Mind Zen center in Crestone, Colo 24 die in a fire in Oakland Calif

Événement de L'intérêt

Oct 21 Former California Governor Jerry Brown announces his run for the US Presidency

    US hostage Jesse Turner released from 5 years in captivity in Beirut General Motors announces 9 month loss of $US2.2 billion Clarence Thomas sworn in as US Supreme Court Justice

Événement de L'intérêt

Oct 23 Dr Jack Kevorkian's suicide machine assists 2 women to commit suicide

    Colombian government negotiate with M-19-guerrilla Mid East peace conference begins in Madrid Spain Palestinians attend US mideast peace talks in Madrid New Dutch Regulations Traffic rules & Traffic signs enforced Three faculty, and one staff member of the department of physics and astronomy, were killed, along with one administrator, when physics graduate student Gang Lu went on a shooting rampage at the University of Iowa. Last of Kuwait oil well fires extinguished by Canadian well control team "SafetyBOSS" Bartholomew I becomes the Patriarch of Constantinople, head of 300 million followers of the Eastern Orthodox Church Mid East peace conference ends in Madrid Spain

Événement de L'intérêt

Nov 4 Imelda Marcos returns from exile to the Philippines and was arrested the next day for tax fraud and corruption. She was then released on $6,400 bail.

    Kiichi Miyazawa elected premier of Japan Richard J Kerr ends term as acting director of CIA Grand Duke Vladimir Kirillovitsj returns to St Petersburg Keck II, biggest telescope in use at Mauna Kea Hawaii Maximus 2.0 BBS released Robert M Gates, becomes 15th director of CIA

Événement de L'intérêt

Nov 6 Russian President Boris Yeltsin outlaws the Communist Party

Kuwaiti Oil Fires

Nov 6 The last oil fire in Kuwait set by retreating Iraqi troops is extinguished

    Joint European Torus (JET) scientists in Culham England successfully harness nuclear fusion to produce the first large amount of controlled fusion power Browns set club record for largest lead blown (led 23-0), Philadelphia 32-30

Événement de L'intérêt

Nov 14 Cambodian Prince Norodom Sihanouk returns to Phnom Penh after thirteen years of exile


ANDERSON'S BROTHER KEEPS HOPE AT BAY

Even as he watched the family of Alann Steen celebrate on the national news Tuesday night, John Anderson was holding back hope that his brother Terry would be released soon.

"I've got to remain a skeptic because it's the only thing that keeps me going," the 36-year-old kitchen worker said.

It has been six years since another brother, Glenn, awoke John at 4 one morning with news that Terry Anderson had been taken hostage. Since then, both Glenn and their father have died of cancer.

And since that morning, John has been through many days like Tuesday.

He sat in front of the television in his mobile home in rural Marion County, trying to catch every morsel of news from the Middle East.

With one ear toward the news, he tried to talk and remain polite with reporters pelting him with questions.

"There was one other time when the news got our hopes up this high," he said. "And then he didn't get released."

"We can't afford to get our hopes up again and then have them dashed. I don't know how many more times we can take this."

But this time it appeared different. Every American hostage had been released except Terry Anderson, and new agencies reported Tuesday that his release was imminent.

As John Anderson watched television, his wife Michelle, 23, helped reporters find the telephone or a place to write. Outside, Anderson's 12-year-old son, John, directed traffic, helped drag television cable and offered to help reporters carry their equipment.


Voir la vidéo: Pastor Terry K. Anderson - Outfitting For The Battle Part 1 (Décembre 2022).

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos