Intéressant

L'âge légal de consommation d'alcool au Canada

L'âge légal de consommation d'alcool au Canada

Au Canada, l'âge légal de consommation d'alcool est l'âge minimum auquel une personne est autorisée à acheter et à boire de l'alcool. Il est actuellement de 18 ans pour l'Alberta, le Manitoba et le Québec et de 19 ans pour le reste du pays. Au Canada, chaque province et territoire détermine son propre âge légal de boire.

Âge légal de consommation d'alcool dans les provinces et les territoires du Canada

  • Alberta: 18
  • Colombie britannique: 19
  • Manitoba: 18
  • Nouveau-Brunswick: 19
  • Terre-Neuve et Labrador: 19
  • Territoires du Nord-Ouest: 19
  • Nouvelle-Écosse: 19
  • Nunavut: 19
  • Ontario: 19
  • Île du Prince Édouard: 19
  • Québec: 18
  • Saskatchewan: 19
  • Territoire du Yukon: 19

Préoccupation croissante à propos de la surconsommation d'alcool

Un problème croissant d’augmentation et de surconsommation d’alcool, en particulier chez les jeunes adultes en âge de boire légal, a sonné l’alarme au Canada.

Depuis 2000 et la publication des Lignes directrices canadiennes pour la consommation d'alcool à faible risque en 2011, les premières lignes directrices nationales de ce type, de nombreux Canadiens ont pour mission de réduire la consommation d'alcool dans tous les domaines. De nombreuses recherches ont été menées sur les effets néfastes d'une consommation d'alcool même modérée et sur les graves effets à long terme sur les jeunes adultes de 18 à 19 ans, lorsque la consommation d'alcool à risque atteint un sommet.

L'effet des lois canadiennes relatives à l'âge de consommation

Une étude réalisée en 2014 par un scientifique de la Faculté de médecine de l'Université du Nord de la Colombie-Britannique (UNBC) a conclu que les lois canadiennes relatives à l'âge de consommation ont un impact significatif sur la mortalité des jeunes.

Russell Callaghan, professeur agrégé de psychiatrie à l'UNBC, soutient que, comparé aux hommes canadiens légèrement plus jeunes que l'âge minimum légal pour la consommation d'alcool, les jeunes hommes qui sont juste plus âgés augmentation importante et abrupte de la mortalité, en particulier des suites de blessures et d’accidents de la route.

«Ces preuves démontrent que la législation relative à l'âge de consommation a un effet significatif sur la réduction de la mortalité chez les jeunes, en particulier les jeunes hommes», a déclaré le Dr Callaghan.

L'âge minimum légal pour boire est de 18 ans en Alberta, au Manitoba et au Québec, et de 19 ans dans le reste du pays. À l'aide de données nationales sur les décès au Canada de 1980 à 2009, les chercheurs ont examiné les causes de décès des personnes décédées entre 16 et 22 ans. Ils ont constaté que, immédiatement après l'âge légal minimum pour boire, les décès masculins dus à des blessures avaient fortement augmenté de 10 à 16% et que les décès masculins dus à des accidents de la route avaient augmenté soudainement de 13 à 15%.

Des augmentations de la mortalité sont également apparues immédiatement après l'âge légal de consommation d'alcool chez les femmes de 18 ans, mais ces sauts étaient relativement faibles.

Selon les recherches, augmenter l'âge de la consommation d'alcool à 19 ans en Alberta, au Manitoba et au Québec permettrait d'éviter sept décès d'hommes de 18 ans chaque année. Relever l'âge de consommation d'alcool à 21 ans dans l'ensemble du pays permettrait d'éviter 32 décès annuels de jeunes hommes de 18 à 20 ans.

«De nombreuses provinces, y compris la Colombie-Britannique, ont entrepris de réformer leur politique en matière d'alcool», a déclaré le Dr Callaghan. «Nos recherches montrent qu'il existe des dommages sociaux importants liés à la consommation d'alcool chez les jeunes. Ces conséquences néfastes doivent être soigneusement prises en compte lors de l'élaboration de nouvelles politiques provinciales en matière d'alcool. J'espère que ces résultats contribueront à informer le public et les décideurs canadiens des graves coûts associés à la consommation dangereuse d'alcool chez les jeunes. »

Les prix élevés de l'alcool au Canada tentent les importateurs

Il y a eu un mouvement pour encourager une consommation plus faible en augmentant ou en maintenant le prix global de l'alcool au moyen d'interventions telles que les taxes d'accise et l'indexation des prix sur l'inflation. Selon le Centre canadien de lutte contre l'alcoolisme et les toxicomanies, de tels prix "encourageraient la production et la consommation de boissons alcoolisées moins alcoolisées". L’établissement de prix minimaux, selon la CCSA, pourrait "éliminer les sources d’alcool peu coûteuses, souvent privilégiées par les jeunes adultes et les autres buveurs à risque élevé".

Les prix plus élevés dissuadent les jeunes de boire, mais aux États-Unis, il est facile de se procurer de l’alcool à l’autre côté de la frontière.

Les visiteurs et les Canadiens sont tentés d'apporter d'importantes quantités de boissons alcoolisées achetées aux États-Unis, ce qui peut représenter environ la moitié du prix de ces boissons au Canada.

Quelle quantité d'alcool hors taxe les visiteurs peuvent-ils apporter?

Si vous êtes un Canadien ou un visiteur au Canada, vous êtes autorisé à apporter une petite quantité d'alcool (vin, alcool, bière ou coolers) dans le pays sans avoir à payer de droits de douane ou de taxes à condition que:

  • l'alcool vous accompagne.
  • vous atteignez l'âge légal minimum pour boire dans la province ou le territoire où vous entrez au Canada.

Les Canadiens et les visiteurs peuvent ne présenter qu'un seul des éléments suivants. Si de plus grandes quantités sont importées, la totalité du montant déterminera les droits, et pas uniquement le montant dépassant ces quantités exemptes de droits:

  • 1,5 litre de vin, y compris les vin panachés contenant plus de 0,5% d’alcool. Cela équivaut à un maximum de 53 onces liquides ou de deux bouteilles de vin de 750 ml.
  • 1,14 litre (38,5 onces liquides) de liqueur. Cela équivaut à (jusqu'à) 40 onces liquides ou une grande bouteille de boisson alcoolisée standard.
  • Jusqu’à 8,5 litres de bière ou de bière, y compris les panachés de bière contenant plus de 0,5% d’alcool. Cela équivaut à 287,4 onces US, soit environ 24 canettes ou bouteilles (355 ml ou 12.004 onces US chacune).

Pour les Canadiens qui reviennent après un séjour aux États-Unis, le montant de l’exemption personnelle dépend de la durée pendant laquelle une personne est restée à l’étranger. Les exemptions les plus élevées s’appliquent aux séjours de plus de 48 heures. Si les Canadiens ont fait une excursion d'une journée aux États-Unis, tout l'alcool rapporté au Canada sera assujetti aux droits et taxes habituels. En 2012, le Canada a modifié les limites des exemptions pour les rapprocher davantage de celles des États-Unis.

La source

Callaghan, Russell. "Les lois canadiennes relatives à l'âge de consommation ont un effet significatif sur les décès chez les jeunes hommes." Matt Wood, Salle de presse, Université du Nord de la Colombie-Britannique, 18 mars 2014, Colombie-Britannique, Canada.

Centre canadien de toxicomanie et de toxicomanie. "La consommation d'alcool chez les jeunes et ses méfaits: Étude de cas dans la communauté de Sherbrooke (Rapport)." Centre canadien de toxicomanie et de toxicomanies, 2018, ON Canada.