Intéressant

Les corsaires et les pirates: l'amiral sir Henry Morgan

Les corsaires et les pirates: l'amiral sir Henry Morgan

Henry Morgan - Jeunesse:

Il existe peu d'informations sur les débuts de Henry Morgan. On pense qu'il est né vers 1635, à Llanrhymny ou à Abergavenny, au Pays de Galles, et qu'il était le fils de l'écuyer local Robert Morgan. Deux histoires principales expliquent l’arrivée de Morgan dans le Nouveau Monde. L’un d’eux déclare qu’il s’est rendu à la Barbade en tant que serviteur sous contrat et s’est par la suite joint à l’expédition du général Robert Venables et de l’amiral William Penn en 1655 pour échapper à son service. L'autre détail explique comment Morgan a été recruté par l'expédition Venables-Penn à Plymouth en 1654.

Dans les deux cas, Morgan semble avoir participé à la tentative infructueuse de conquérir Hispaniola et à l’invasion ultérieure de la Jamaïque. Choisissant de rester en Jamaïque, il fut bientôt rejoint par son oncle, Edward Morgan, nommé lieutenant-gouverneur de l'île après la restauration du roi Charles II en 1660. Après avoir épousé la fille aînée de son oncle, Mary Elizabeth, plus tard dans l'année, Henry Morgan a commencé à naviguer dans les flottes de flibustiers utilisées par les Anglais pour attaquer les colonies espagnoles. Dans ce nouveau rôle, il a servi comme capitaine dans la flotte de Christopher Myngs en 1662-1663.

Henry Morgan - Réputation du bâtiment:

Après avoir pris part au pillage réussi par Myng de Santiago de Cuba et de Campeche (Mexique), Morgan est retourné en mer à la fin de 1663. En naviguant avec le capitaine John Morris et trois autres navires, Morgan a pillé la capitale provinciale de Villahermosa. De retour de leur raid, ils ont découvert que leurs navires avaient été capturés par des patrouilles espagnoles. Imperturbables, ils capturèrent deux navires espagnols et poursuivirent leur croisière, renvoyant Trujillo et Grenade avant de rentrer à Port Royal, en Jamaïque. En 1665, le gouverneur de la Jamaïque, Thomas Modyford Morgan, nomma Morgan vice-amiral et expéditionnaire dirigé par Edward Mansfield, chargé de capturer Curaçao.

Une fois en mer, une grande partie des dirigeants de l’expédition ont décidé que Curaçao n’était pas une cible suffisamment lucrative et se sont dirigés vers les îles espagnoles de Providence et Santa Catalina. L'expédition a conquis les îles, mais a rencontré des problèmes lorsque Mansfield a été capturé et tué par les Espagnols. Avec leur chef mort, les flibustiers ont élu Morgan leur amiral. Fort de ce succès, Modyford a commencé à sponsoriser un certain nombre de croisières de Morgan, l’Espagnol. En 1667, Modyford dépêcha Morgan avec dix navires et 500 hommes pour libérer un certain nombre de prisonniers anglais détenus à Puerto Principe, à Cuba. En débarquant, ses hommes pillèrent la ville mais trouvèrent peu de richesses puisque ses habitants avaient été avertis de leur approche. Libérant les prisonniers, Morgan et ses hommes s'embarquèrent et se dirigèrent vers le sud du Panama, à la recherche de plus grandes richesses.

S'adressant à Puerto Bello, un important centre commercial espagnol, Morgan et ses hommes ont débarqué et ont submergé la garnison avant d'occuper la ville. Après avoir vaincu une contre-attaque espagnole, il a accepté de quitter la ville après avoir reçu une grande rançon. Bien qu'il ait dépassé sa commission, Morgan est retourné à un héros et ses exploits ont été passés sous silence par Modyford et l'Amirauté. Naviguant de nouveau en janvier 1669, Morgan descendit sur le Main espagnol avec 900 hommes dans le but d’attaquer Carthagène. Plus tard ce mois-ci, son navire amiral, Oxford a explosé, tuant 300 hommes. Les forces réduites, Morgan sentit qu'il lui manquait les hommes pour s'emparer de Carthagène et se dirigeait vers l'est.

Dans l’intention de frapper Maracaibo, au Venezuela, la force de Morgan a été contrainte de s'emparer de la forteresse de San Carlos de la Barra afin de traverser l’étroit chenal menant à la ville. Réussis, ils ont ensuite attaqué Maracaibo mais ont constaté que la population avait largement fui avec leurs objets de valeur. Après trois semaines de recherche d’or, il réembarqua ses hommes avant de naviguer au sud dans le lac Maracaibo et d’occuper Gibraltar. Après avoir passé plusieurs semaines à terre, Morgan se dirigea ensuite vers le nord, capturant trois navires espagnols avant de retourner dans les Caraïbes. Comme par le passé, Modyford l'a réprimandé à son retour sans le punir. S'étant établi comme le plus important chef flibustier des Caraïbes, Morgan a été nommé commandant en chef de tous les navires de guerre en Jamaïque et s'est vu confier par Modyford une commission générale chargée de faire la guerre aux Espagnols.

Henry Morgan - Attaque contre le Panama:

Navigant vers le sud à la fin de 1670, Morgan a repris l’île de Santa Catalina le 15 décembre et a occupé douze jours plus tard le château de Chagres au Panama. Montant la rivière Chagres avec 1 000 hommes, il s’est approché de la ville de Panama le 18 janvier 1671, divisant ses hommes en deux groupes, il a ordonné à l’un d’entre eux de marcher à travers les bois voisins, tandis que l’autre avançait sur un terrain dégagé. Alors que les 1 500 défenseurs attaquaient les lignes exposées de Morgan, les forces dans les bois attaquaient les Espagnols. En s'installant dans la ville, Morgan captura plus de 400 000 pièces de huit.

Pendant le séjour de Morgan, la ville a été incendiée, mais la source de l'incendie est controversée. De retour à Chagres, Morgan fut abasourdi d'apprendre que la paix avait été déclarée entre l'Angleterre et l'Espagne. À son arrivée à la Jamaïque, il a constaté que Modyford avait été rappelé et que des ordres avaient été donnés pour son arrestation. Le 4 août 1672, Morgan fut placé en détention et transporté en Angleterre. Lors de son procès, il a pu prouver qu'il n'était pas au courant du traité et a été acquitté. En 1674, Morgan fut fait chevalier par le roi Charles et renvoyé en Jamaïque en tant que lieutenant-gouverneur.

Henry Morgan - Vie tardive:

En arrivant à la Jamaïque, Morgan a pris ses fonctions auprès du gouverneur Lord Vaughan. Supervisant les défenses de l'île, Morgan développa également ses vastes plantations de canne à sucre. En 1681, Morgan est remplacé par son rival politique, Sir Thomas Lynch, après avoir perdu la faveur du roi. Renvoyé du Conseil de la Jamaïque par Lynch en 1683, Morgan est réintégré cinq ans plus tard, après que son ami Christopher Monck soit devenu gouverneur. En déclin depuis plusieurs années, Morgan est décédé le 25 août 1688, reconnu comme l’un des corsaires les plus prospères et impitoyables à avoir navigué dans les Caraïbes.

Sources sélectionnées

  • Cordingly, David. Sous le drapeau noir: le romantisme et la réalité de la vie chez les pirates. New York: Random House, 2006
  • Biographie de Henry Morgan
  • Data Wales: Henry Morgan